Vendredi, on (Sébastien, Aude, Pika et Lenka, le chien spécialisé dans la découverte de trous) décide d'aller prospecter vers la fameuse parcelle 215, un peu plus au dessus cette fois-ci, au niveau des falaises, pour essayer de trouver un trou souffleur qui aurait été aperçu il y a longtemps... et rien, décidément c'est un mystère. 

De dépit, on se rabat sur le trou de la parcelle 212, celui juste en bordure de piste, à côté du refuge Chabert. Ca fait un moment qu'on passe devant, la dernière fois on avait l'impression qu'il y avait un peu d'air, une fois pour toutes on va tirer cette histoire au clair. Vendredi après 5 heures de boulot on agrandit l'entrée, on voit encore quelques rochers au fond, on imagine que c'est eux qui nous bouchent la suite. 

On y retourne samedi pour 4 h de désob, quelques (énormes) cailloux plus tard on peut enfin travailler assis, tout ça pour se rendre compte que le trou aspire toujours mais c'est un chaos de blocs au fond, qui est lui même sous un chaos de blocs. Par contre on voit un départ de méandre en face de l'entrée, qui n'aspire pas, c'est vers le bas que ça aspire et c'est complètement bouché. 

Si c'est comme ça tout le temps, ça va être compliqué. On rentre chez nous et on décide de réfléchir à la situation. 

avant           le fond            les inspecteurs des travaux finis