Spéléo Corbières Minervois

mardi 13 novembre 2018

Bois de bédat à Beyrède

Joachin me rejoint à 9h30 à Mazouau et on file vers Beyrède. On monte la piste au-dessus de la carrière de marbre blanc. On laisse la voiture vers 1150m et on prend le chemin qui suit les courbes de niveau vers le sud-est. On arrive sur la Coume d'Escalet et grâce au GPS de Joachin on trouve le puits facilement. Hier j'étais passé juste à côté sans le voir. C'est un petit puits pénétrable sur les 2 premiers mètres et qui se poursuit en diaclase étroite et impénétrable sur 5 ou 6 m. On enlève un peu de terre, on voit le fond et il n'y a pas d'air. Ce n'est pas la peine de continuer la désob. On part prospecter dans le coin. On croise un cheuvreil pas très en forme ( voir photo) . Arrivés au bout de la piste on revient à la voiture et on part au col admirer les vautours. TPAP 2h.

petit puits

IMG_0474

chevreuil

IMG_0477

Posté par Joseferris65 à 17:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Mille feuille: Pour enfin y voir plus clair

Voici ENFIN une première version de la topographie (plan). Celle-ci est non-axhaustive et comporte une partie non mesurée (en bleu clair). N'hésitez pas à me dire ce qu'il manque, les défauts, comment améliorer, etc...

Je m'attelle à la coupe, mais elle n'est pas évidente à représenter de façon cohérente.

Excusez moi ce retard, j'avais perdu le fichier (que j'ai finalement retrouvé, ouf!). Je peux envoyer à ce qui le désirent une version HD (PNG, PDF ou AI) non compréssée (canalblog compresse automatiquement).

 

1000F - PLAN - TOPO V1-01-01

Posté par damdams à 14:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Au-dessus de Beyrède

Ce WE Joachin et Manu Fernandez m'indiquent qu'ils ont trouvé une cavité  au-dessus de Jumet. Hier Lundi j'y monte et je commence à fouséguer dans le secteur. J'ai le GPS mais bêtement j'ai oublié les coordonnées. J'entame une descente dans le vallon, mais je ne trouve rien. Pour corser la prospection le brouillard s'en mêle. Je décide de remonter les 300 de dénivelé tout en zizagant; Rien , nada. J'y retournerai avec Joachim. TPAP 2h

Avant le brouillard

Vallée d'Aure

Posté par Joseferris65 à 08:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 12 novembre 2018

Une nouvelle exploration : El gros Piton !

Jeudi 8 novembre : Exploration El gros Piton

En fin de matinée, avec Damien on rejoint José, Stoche et Marie dans la grotte de la Vache. On récupère un peu de matériel pour partir à la grotte El gros Piton dans l’après-midi.

C’est une entrée que nous avons trouvés le 4 novembre lors d’une balade prospection jusqu’au Pic Picarre, avec Zian et Gaby. Zian en a trouvé le nom, voyant la falaise surplombant l’entrée de cette cavité. Plusieurs entrées ont étés trouvées lors de cette prospection, mais celle-ci est la plus accessible et prometteuse. On s’arrête sur un rappel, n’ayant pas de corde ni de trace de passage…  

On monte chargés, jusqu’à l’entrée de la grotte, soit environ 400m de dénivelé. On équipe le premier rappel, qui s’avère être un pan incliné menant à une salle de 8m de diamètre. Au fond de cette salle on entrevoit une suite… On y va mais on arrive vite au fond, à un endroit étroit. On décide de remonter pour aller voir l’amont, mais on croit arriver sur quelque chose mais c’est bouché. On redescend et on commence à travailler. Car au fond c’est étroit mais les blocs s’enlèvent facilement. Damien commence à se faufiler dedans. Il entrevoit une suite, il lance des cailloux, ça continu. Il commence à taper à la massette au dessus de lui, sa résonne comme si c’était fin. Je lève la tête et comprend que c’est un bloc posé, comme une casquette au dessus de lui mais qui ne touche pas le plafond… En fait au dessus se trouve un conduit où l’on peut passer sans travailler… Je commence à partir dedans pied en avant, et fini par retomber dans une petite pièce, c’est assez étroit. Un peu plus loin on voit l’entrée d’un puits, bien trop étroit. On remonte, on laisse des affaires, on revient demain.

TPST : 4 h

Vendredi 9 novembre : Le puits Sourd

On arrive sur les lieux et on fait la topo avec le disto jusqu’à cette étroiture. On remarque des concrétions bizarres, petites et en petite quantité, des conulites. On travaille le passage, on y met au total 8 tirs, en comptant les petites pailles, qui nous ont servies quand le trou était bouché par les dégâts des tirs. On a plus de pailles sur nous, mais ça semble passer… Damien s’engage dedans, descendeur sur la longe pour ne pas être gêné à la descente. Une fois arrivé sous cette étroiture il fait un fractio plein gaz, de 10m…

Je le rejoins en bas, ça semble cuter… On remarque le méandre continué sous nous mais trop étroit, au dessus un passage qui nous fait un peu grimper. On voit dans un virage la suite, un couloir magnifique. On met la corde sur des nat’s et on descend. Je me rends compte, vu de dessous qu’il y a des conulites partout autour de nous, et beaucoup plus grosses ! A cet endroit c’est magnifique ! On voit que le méandre tombe sous nous, un rappel de 15m. Beaucoup de concrétions, colonnes, début d’excentriques, orgues… On décide de ne pas équiper le rappel et remonter… On arrive finalement à remonter, c’est éprouvant…

TPST = 8 h 20

11 novembre : On ne signera pas l’Armistice …

Après un jour de repos on décide de partir récupérer le matériel qu’on avait laissé en haut. Personnes nous accompagne… On descend le rappel, et une fois en bas on se rend compte qu’on a oublié de recommencer la topo… Tant pis, ça sera pour une prochaine fois ! A l’endroit du rappel c’est assez difficile pour équiper car il y a des concrétions partout… On arrive à trouver deux endroits sains pour mettre les goujons. On met une dévia en nat pour axer le début de la descente. Je commence à descendre, c’est un peut étroit et concrétionné, c’est dur de faire attention et ne rien casser… Un peu plus bas je mets une dévia pour éviter le frottement jusqu’en bas. J’attends Damien dans cette petite salle. Le rappel est joli, il y a un gours au milieu, le sol est percé par l’impact des gouttes sur cet espèce de mondmilch et calcite. En bas ça forme un méandre encore, on mange sans voir la suite, devant nous, après le virage.

Une fois qu’on a mangé, on commence à avancer. Ici aussi il faut remonter pour progresser. On se rend vite compte qu’on est en présence de conulites. On a l’impression qu’il y a eu une grosse mise en charge et que les concrétions se sont formées dessus. On arrive à progresser un peu en cassant le moins possible. Puis on arrive à un endroit assez étroit. On est obliger d’en casser, il y en a vraiment partout… On passe une première étroiture, pour avancer de quelques mètres. On arrive à un méandre qui forme un S. On doit descendre sur 3m pour continuer mais c’est trop étroit… Avec la massette on ne fait pas grand-chose… On ne voit pas très bien la suite, mais bon, on entend les chauves souris voler derrière. On décide alors de repartir car on n’a pas de pailles.

 La prochaine fois, il faut travailler ce méandre, qui semble un peu plus large derrière. Il y a une escalade à faire car il est possible qu’un autre conduit part en haut et nous permettent de passer per dessus, comme au début… ?

Quoi qu’il en soit, pour venir faire de la première, c’est comme au milles feuilles, il faut venir agrandir un peu le méandre. Néanmoins, il faut aussi travailler là où on passe pour plus de facilités… Car certains passages sont très étroits…

TPST = 7 h 15

Nous sommes à environ -55m avec 100m de développement.

La suite

Le récif

Le depot-noir

conulites

Le puits Sourd

dernier rappel

Le récif (30cm à doite)

Posté par Mael Brenguer à 21:41 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

Rencontres naturalistes annulées

J'avais passé une info sur ces rencontres, prévues les 17 et 18/11. Les blocages attendus du fait de l'opération des gilets jaunes nous obligent à annuler, car on ne peut pas garantir l'accès au lieu des Rencontres, y compris pour les organisateurs eux-mêmes. On reportera au printemps si possible...

Posté par spelmarie à 15:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]


samedi 10 novembre 2018

Travaux au Béranger avec le GPS

Je vais aujourd'hui avec Dom au Béranger, un joli trou situé entre Clergue et le Maquis dans le ruisseau de Matte Arnaude. Le GPS a repris une désob au fond du trou dans un boyau ventilé mais étroit, tortueux et boueux à souhait. On en ressort comme des gorets, tout colle, enfin une belle désob. L'avancée n'est pas rapide car les conditions de travail sont difficiles. Il faut encore progresser d'un ou deux mètres pour vraiment se faire une idée sur la suite. Bonne chance et appelez nous de nouveau si besoin, sortie très sympa.

accès chantier

casques

chatière

Posté par Stoche à 22:19 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

El gros piton, avant goût de l'explo...

Voyant que certains s'impatientaient sur le blog, nous vous laissons ce croquis (servant à s'aider pour la topo). Nous retournons d'ailleurs la continuer demain, étant trop rinçés pour le faire aujourd'hui. 

On ne vous en dit pas plus, mais vous aurez un bon compte rendu bientôt! :)

ELGROSPITONCOUPE

PB090086

PB090118

PB090067

 

 

Posté par Mael Brenguer à 21:37 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

Etat des lieux de l'Ourdivielle après la dernière crue

D'abord, pas question d'y aller en voiture, une coulée de boue ferme le chemin dès le début, et au verger le petit ruisseau a tout arraché. Plus loin le lit du ruisseau est bien nettoyé, c'est agréable de s'y balader, la roche polie est superbe. La zone des pertes est méconnaissable (photo prise depuis le sentier en regardant l'amont), la perte rive droite est invisible... Les captages ont chargé ; le terre-plein qui menait au captage le plus en amont a été ravagé: les remblais au-dessus du tuyau sont partis, et l'essentiel du débit passe par là maintenant...

dégâts verger

zone de pertes vue du sentier

ancienne perte rive droite

captage

captage amont vu de l'amont

tuyau mis à nu

le ruisseau est à gauche

Posté par spelmarie à 20:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

En attendant les nouvelles, retour au Mille Feuilles

Mardi 6 novembre : Guerre Karstique au Mille Feuilles

Après être allé à la grotte murée de la Nationale, on récupère le matos pour une sortie au Mille Feuilles le lendemain.

On se retrouve avec Adrien chez Damien à 8h40, près à en découdre. On se prépare et on marche tranquillement. On entre dans la grotte à 10h30. Damien et Adrien partent directement au méandre terminal. Je les laisse et part récupérer le kit qu’on avait laissé à la présumée jonction par une escalade dans le P40. Je les retrouve et je suis accueilli par 2 tirs. Les copains remontent et on mange un bout.

On descend par la séance Egyptienne. Une fois arrivé sur le chantier je pose 2 pailles, mais pas dans la meilleure position pour moi. La première est très puissante, ça résonne un max. Le tir à fait partir la ligne reliée à l’autre paille… On y va pour rebrancher mais rien… Au tour d’Adrien dans mettre 2, parfaitement exécuté pour sa première fois. Damien y retourne et en fait partir 2 autres. Entre temps, je retrouve l’Aphaenops de la dernière fois, cette fois j’ai le kit pour le prélever, j’en aperçois un autre que je place en lieu sur. On remonte avec Adrien préparer un petit thé. Une autre paille se fait ressentir : « Damien ?!! …. Silence … ». Il avait reconnecté la paille qui avait foirée et l’avait faite partir sans nous le dire, même pas un petit « tu as le temps… ». Il remonte pour un goûté bien mérité !

C’est à mon tour. C’est le bordel. Des blocs énormes se sont mis dans le méandre (c’est le résultat de 3 tirs à la suite…). Une petite paille dans l’un et une grande dans le mur. Les deux partent mais on a plus de batteries sur le perfo pour finir les doublettes avec Adrien … Néanmoins on a bien progressé, environ 4m. Lors des derniers tirs on ne sentait même plus l’odeur, celle-ci ne revenait plus à nous par le courant d’air habituel. A ce niveau on peut voir que le méandre forme un S assez étroit et un petit trou est visible en face de nous, un peu plus haut. On lance des cailloux dedans, ils tombent d’environ 3-4 m, dans de l’eau… Au début on se dit mince, peut être un siphon (en souvenir de la veille). Puis, j’arrive à tendre le bras et prendre des photos. Sans échelle de taille c’est difficile à mesurer… Mais on voit clairement que ce n’est pas un siphon. En face se trouve une coulée, venant d’un autre endroit que ce méandre. Au fond on aperçoit un petit trou. On devine sur la droite l’entrée de notre méandre. Ça n’a pas l’air si grand que ça, pourtant ça résonne tellement… En jetant des pierres, on entend à deux reprises avec Damien un bruit que l’on pourrait assimiler à un souffle… Est-ce le son émit par une concrétion qui résonne, s’amplifie et finie par s’étouffer ? Difficile de trouver un sens rationnel… On décide de partir, les pensées chamboulées…

On a atteint nos objectifs. On voit une suite qui semble déjà un peu différente de ce méandre étroit… Plus que quelques pailles bien placées pour nous permettre de voir concrètement la suite. Une lueur d’espoir sommeille en nous à l’heure actuelle. Nous sommes au moins à – 110m ici, et ça continu de descendre un peu. Les blocs enkarstrés dans le méandre nous font office de banquette, le ruisseau est 3m en dessous.

On sort, il fait nuit, il est déjà 20h45.

TPST : 10h15

Adri Desob

Adri en progression

Aphaenops

carrefour jonction méandre

Gounel Express

Posté par Mael Brenguer à 20:23 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

En attendant d'autres nouvelles du 65

On attend avec impatience des nouvelles : un article sur la dernière séance aux Millefeuilles annoncé depuis plusieurs jours, et les sorties en cours sur un nouveau trou sur le Mont Mouch (qui expliquent j'imagine que les articles ne soient pas la priorité de la jeune garde). Bon, faute de mieux, je mets quelques photos en complément des articles de José sur le trou de la Vache...

Et j'en profite pour rappeler qu'il me faut récupérer les infos sur vos sorties de l'année, il m'en manque encore pas mal, et pas seulement de la branche 65 du club. Il ne me reste pas beaucoup de temps pour compiler puis rédiger le rapport d'activité, alors merci d'avance !

éventails

installation

miroir

Maël et Damien en action

passage rascagnous

Maël conduite forcée au fond

araignée

crapaud

Pyrois effusa

coulée

Posté par spelmarie à 14:50 - - Commentaires [1] - Permalien [#]