Spéléo Corbières Minervois

mercredi 22 novembre 2017

Traçage au Bouridé

Ce matin, c’est l’effervescence au Bourridé. Le Berlingo de Stoche rempli à ras bord est déchargé de ses rouleaux de tuyaux, bidons et autres ustensiles bizarres dont seuls les utilisateurs connaissent l’usage…
Le tuyau en PEHD diamètre 40 est déroulé dans le champ entre l’Arize et l’entrée de la perte ouverte. Le froid du matin ne facilite pas la tâche, il est raide, têtu et nous avons pas mal de peine à lui imposer notre itinéraire. Ce sont ensuite deux autres lignes qui sont déroulées de la même façon, mais en PEBD diamètre 32 cette fois. Directement plongés dans le ruisseau, les trois vide-caves sont connectés aux lignes, flotteurs de manque d’eau attachés en position haute.

Bouridém

fluocapteur trop plein

installation fluorimètrem

tibiran résurgencem

 

 

 

 

Le groupe électrogène ronronne rapidement, après quelques hésitations sur la position démarrage-fonctionnement. Il est près de dix heures, le soleil passe la crête du Mont Sacon, les doigts deviennent moins gourds.
En bout des tuyaux, les jaugeages répétés donnent des débits de 1 l/s, 0.8 l/s et 1.9 l/s, soit un total de 3.7 l/s. Le débit naturel de la perte était auparavant négligeable, voire nul. Malgré cette brusque augmentation de débit, le boyau ensablé dans lequel l’eau se perd accepte le flot.
A trois reprises, une partie du pot d’un kilo de fluorescéine est déversé au fond du bidon de 60 l, puis le niveau d’eau est complété. Le déversement de la solution est toujours autant spectaculaire. Peu à peu la coloration disparaît, happée par le réseau souterrain que tous rêvons d’explorer…
Il est trop tôt pour casser la croûte, nous décidons d’aller voir la perte du ruisseau du Poumé, figurant parmi nos objectifs dans le programme de traçage «Entre Arize et Garonne». Le vallon du ruisseau du Poumé est magnifique avec cette parure automnale. Plus habitué aux ravins profonds d’Aragon ouvert vers la lumière du sud, je suis étonné par ce creux vigoureux fermé vers le soleil. La perte est bien active,  certainement entre cinq et dix litres par seconde. Aux alentours, le pendage est changeant, souvent verticalisés mais des plis localisés sont visibles. Le Poumé souterrain doit rapidement descendre dans les entrailles du massif. Quelques dizaines de mètres plus loin, le ruisseau aérien ne coule plus. L’injection à la perte ne posera aucun problème, et figure parmi les projets immédiats après celui de Bourridé → Plan de Pouts.

injection

ma qué !m

matos Arizem

pompagem

 

 

 

 

Après le casse-croûte et sans s’octroyer une petite sieste au soleil, les pompes sont une à une retirées, précautionneusement pour ne pas désamorcer la conduite et pouvoir continuer l’alimentation par gravité. Le débit est bien sur moindre mais va être maintenue pendant tout le temps de l’expérience, soit 1.1 l/s. Le pré est débarrassé, le propriétaire, Monsieur Avezac, est prévenu de la présence de tuyaux pendants encore quelques jours.

Avant de rejoindre Plan de Pouts, nous faisons une halte vers Hount Nère pour accrocher un fluocapteur dans le Nistos, en amont donc du débouché de l’Arize. Stoche a manipulé les fluocapteurs, vu l’état de mes mains et vêtements, j’étais interdit de toute approche !
A Plan de Pouts, un essai sur le fluorimètres 632 et 376 équipés de batteries neuves est concluant, l’écriture sur les cartes est correcte. C’est impossible pour la carte du modèle 417, il est enlevé du ruisseau et ramené à l’atelier en attendant l’explication du fabriquant. Souhaitons que les deux restés en place restent opérationnels… Chat échaudé craint l’eau froide !
Mr Rumeau (Chiquet à Plan de Pouts) est avisé de l’injection et doit prélever les échantillons au quotidien jusqu’à vendredi, ensuite José (ou Jean, ils vont s’entendre) prendra la relève.

Posté par Stoche à 17:49 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


lundi 20 novembre 2017

Aval d En Gorner suite et presque fin

 

Retour donc dans l'aval de la rivière d 'En Gorner avec Mathieu (mon cousin), Annick ,un groupe du Clan des tritons en visite avec Claire et Jean Marie Briffon et deux guides du Gek.

135m de nouvelle galerie explorée dans le S2. La conduite forcée garde les mêmes proportions 1.5 x 1.5 m en moyenne et oscille entre -2m et ponctuellement -5m avec une direction principale Sud – Sud Est. Le second siphon sort dans une salle exondé de 3 x 10 x 4m de ht encombrée de dalles de schiste sans suite, l’actif doit passer sous l’éboulis.

PB198171 PB198185 PB198182 PB198195 PB198201

Au retour inspection minutieuse de chaque recoin de la cavité aucune suite évidente mis à part une marmite impénétrable à la cote 260m, et une cloche d’où on aperçoit une  lucarne qui serai accessible par une escalade de 5m.

Le S1 aval fait (30m ; -3) puis 10 m d'exondé en conduit déclive et S2 (305m ; -9.5m).

Il faudra y revenir pour terminer la topo et faire des images dans ces beaux conduits de marbre blanc.

 

Posté par annickguillaume à 23:34 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

samedi 18 novembre 2017

FBB1 la suite dans les Baronnies.

Cet après-midi nous sommes retournés poursuivre notre petite désob en interclub. Jean me rejoint à la maison à 14h et nous montons vers le col de Coupe.  et nous arrivons au bord du gouffre à 14H30. Il ne fait pas chaud et ça souffle. Après trois petites pailles le passage est ouvert et Jean descend le nouveau puits qui allègrement passe les 5m? C'est grand mais la suite n'est pas évidente malgré le bon zeph toujour présent. On verra la prochaine fois. on est arrivé au niveau de l'ancien fond vers -12m dans un puits parallèle.

José

IMG_0139_1024x1024

IMG_0144_1024x1024

Jean à la remontée

la suite

José prêt à en découdre.

Posté par Joseferris65 à 21:18 - Commentaires [2] - Permalien [#]

jeudi 16 novembre 2017

Petite désob dans les Baronnies

Pour cette après-midi ensoleillée nous montons avec Jean, continuer la désob au FBB1. Malheureusement nous sommes côté ombre, et dehors il ne fait pas trop chaud. On ne ressent pas trop d'air. On équipe le puits et Jean commence à mi-puits la désob. Il purge le conduit et on y voit plus clair. Une petite paille est tirée, suite à ce tir Jean réussit à enlever quelques belles lames qui enfin permettent de voir la suite dans un beau puits. Il nous faudra encore agrandir si l'on veut passer. On agrandit aussi l'étroiture d'entrée. On déséquipe et on range le matériel. à 17h30 on redescend.

IMG_0149_1024x1024

IMG_0140_1024x1024

IMG_0138_1024x1024

Posté par Joseferris65 à 21:03 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

mardi 14 novembre 2017

weekend karstique

Profitant du temps pourri sur Carcassonne nous sommes allés passer le week end à la bergerie de nos amis de Roquefort.
Samedi une balade à l'entrée de l'aven du dolmen nous permet de repérer un trou qui après une dézob avec les moyens du bord laisse entrevoir une suite intéressante voir photo prise en bout de bras...à suivre.
Dimanche rando karstique à Durban autour de la résurgence que nous ne connaissions pas...

 

PB120392

PB120391

PB120380

PB120396

Posté par MICH11 à 19:14 - Commentaires [5] - Permalien [#]


lundi 13 novembre 2017

Descente à Valbonne

La descente aménagée

sous les blocs

Paillage

Domi au fond

La suite

 

 

 

 

Arrivée au parking sous le grésil et une température de 3°C qui présage une bonne aspiration qui se concrètisera par un courant d'air glacial en fin de désob.

Encouragés (Kinou et Dom) par notre dernière avancée et l'absence de mouvement des blocs litigieux, nous projetions un paillage des blocs tombés. Mais après le repos du week-end et un sandwich hypercalorique Kinou a pris l'affaire en main et extrait les blocs l'un après l'autre hors de la fissure. 
Après quelques mottes d'argile et un dernier bloc dégagés, la fissure nous appelait : après quelques coups de marteaux sur un becquet la descente a été possible dans une petite poche inclinée qui débouche sur le lit d'un ruisseau (à sec). Son cours est en épingle à cheveux et descend en bas et à gauche de notre progression. Très étroit... de la désob en perspective mais un courant d'air bien présent. 
La région immédiatement sus jacente au bassin de Kinou ayant résisté à sa tentative de descente nous avons opté pour un paillage , le seul de la journée mais diablement efficace. 
Devant la désob qui s'annonce et le besoin de renforts, on s'en tient là et retour avant la nuit.    

Posté par Domiscm à 18:41 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

Week-end sympa dans les hautes-Py, mais macache côté spéléo

Et en plus j'ai paumé mon appareil photo, donc petit compte-rendu sec, désolée (oups, retrouvé depuis au fond du kit dans le matos à laver, mille excuses à José envoyé au Bourridet voir s'il y était!!!). Macache dis-je, mais on a bossé, et le fait d'être plus nombreux permet d'avancer mieux que sur quelques sorties sporadiques à un ou deux. Donc ce n'est pas si négatif que ça. Une belle équipe s'est retrouvée dans une super maison que l'on nous a gentiment prêtée : Stoche, Gounel, Guston, Coco, Guillaume, Annick (et Arnaud, bien sûr), Marie, et enfin notre incontournable "local", José.

puzzle 200 pièces

farniente

 

 

 

 

 Le samedi, plusieurs équipes : Guillaume et Stoche partent rejoindre Franck Bréhier au Poudac où Coco relève les données des sondes et pluviomètres (ces derniers en carafe...). Plongée prévue dans quelques petites cavités, mais impossible, car c'est en crue, ce qui permettra à Coco d'observer pour la première fois les intermittences. Les plongeurs et Stoche repartent l'après-midi sur Nistos, plonger le siphon amont de la grotte de l'Eglise. Franck tire 26 mètres de fil, et s'arrête à -17 car il y a trop de courant et ça touille. A la perte du Bourridet, Guston et Gounel continuent à calibrer le boyau et rendent accessible une petite poche au sol terreux. Enfin, au Mont Aurous, José et Marie, accompagnés par Gaby, vont rendre une visite à la suite de la "boîte à prout". Stoche avait vu une probable petite cloche, voire salle, mais la réalité est différente : après agrandissement, construction d'un mur de glaise et empéguage collectif, la poche est toute petite, et s'il y a bien de l'air, il arrive sur le côté gauche, où la terre est séchée (voir photo). On sort de là un peu dégoutés, avec l'idée qu'il faudra revenir au moins une fois, et si ça ne passe pas ce jour-là, faire le constat que les colmatages sont trop monstrueux et déséquiper.

Gaby creuse

José en haut du mur de glaise

poche et présumée suite

2 générations sortie Mont Aurous

 

 

 

 

Le dimanche, sans Franck ni Coco cette fois, nous allons tous à la perte du Bourridet. L'occasion de la découvrir pour ceux qui ne connaissaient pas, comme Annick et Guillaume, et le petit Arnaud qui rampe avec ardeur sans jamais arrêter de gazouiller. Deux objectifs : le boyau, où la température extérieure ne permet pas une bonne ventilation ; mais pas besoin de pailles, car maintenant que l'on peut y bosser correctement, il est possible de creuser un épais remplissage terreux au sol. A l'arrêt des hostilités, on est sur un terminus en grande partie colmaté par des galets et de la terre, ainsi qu'une coulée de calcite contre un lame à dégommer. A continuer... L'autre chantier attaqué, c'est à l'entrée de la grotte, un endroit où part l'eau : on entend derrière un bruit d'eau qui coule dans du volume. Travaillant avec un seau pas du tout approprié, nous sommes sauvés par Jean qui vient avec Quentin nous porter une gamate. Et nous sommes doublement sauvés par Gaby, qui nous amène trois de ses potes, et toute cette jeunesse va creuser avec enthousiasme couchés dans le sable imbibé d'eau dans des tenues pourtant complètement inadaptées. Cela devient vite impossible même pour eux, un lac se forme, en tout cas on saura où injecter le colorant pour le traçage prévu.

boyau Bourridet

Arnaud et Papy Stoche

clair obscur à la gamate

les jeunes creusent au Bourridet

Posté par spelmarie à 10:26 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

vendredi 10 novembre 2017

Belle séance d'aménagement

Après une petite sieste réparatrice pour Domi et un bon café pour moi, nous partons avec de bons projets dans la tête et de quoi les concrétiser dans les kits.
Nous commençons par attaquer la descente vers la suite, pas vraiment au gabarit civière (Cf photo de Lionel de la remontée de l'étroiture du 4/11). Après 3 pailles, la corde mise en place nous est bien utile pour descendre. Nous installons 3 marches, une 4ème serait parfaite sur le haut pour terminer l'extraction de ce qui n'est plus une étroiture, mais seul le petit perfo, manquant, en permettra  la mise en place.
Contents de nous, nous allons voir la suite. Mouais, ça donne envie d'y aller, mais de gros blocs suspendus nous font de l'oeil.
"Domi, passe-moi le pied de biche". Je sonde, j'écarte, et deux grosses caillasses tombent, mais heureusement manipulables à la main. Le reste semble solidement en place, quelques blocs tremblent, mais sont bien à l'abri derrière la grosse lame en face de nous. Un rapide coup d'oeil vers Domi et nous sommes d'accord, ça tient! Je m'apprête à dégager les caillasses tombées quand la surprise se matérialise par une chute lente, comme au ralenti, d'un monstre qui s'extrait de la boue sèche derrière la lame et fini sa descente pile dans l'ouverture vers l'inconnu. Horreur! Inquiets, nous attendons de voir s'il y en a d'autres, rien ne se passe. Un éclairage du vide laissé par le monstre nous rassure, il bosse en solo, le bougre. Il nous en faut plus pour nous démoraliser... il reste de la batterie, hé hé!
Deux perçages plus tard, et beaucoup de déblais enlevés, il reste certes encore à faire, mais l'ensemble est stable et la visibilité vers la suite est revenue, ouf.
On décide qu'il est temps de sortir. La pluie nous accueille, il fait nuit, froid, et il est 19h30.
La ventilation du trou est vraiment bizarre. Alors que la température extérieure est restée constante à 6°C, au début vers 15h00 il soufflait, puis il s'est mis à avoir des hoquets, pour aspirer franchement à la fin.

Posté par Kinou SCM à 23:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

mercredi 8 novembre 2017

Joindre l'utile à l'agréable

L'utile, c'était une première rencontre avec le maire de Belvis, en lien avec le projet de sentier karstique autour du Picaussel côté spéléos, et avec le projet municipal autour de la grotte de Belvis, côté mairie. Stoche et moi avons retrouvé Lionel Ruiz là haut, de là on passe à l'agréable : pluie mêlée de neige, on n'était pas loin de redescendre dans nos contrées, mais Lionel nous a proposé de faire notre casse-croûte chez lui, d'où un agréable moment à papoter à l'abri des intempéries. Et agréable encore, l'accalmie qui nous a permis de retourner au trou souffleur sous le Zeph Violent où on a bien avancé. Ca ne saute pas aux yeux sur la photo, mais on laisse délibéremment un bouchon pour éviter d'aller ensuite tout chercher plus bas. A noter que Zeph violent et Bacchantes soufflent tous d'abondance de l'air chaud. Enfin, agréable aussi le paysage avec les sommets bien enneigés et les couleurs de l'automne en dessous. Pour la prochaine séance, ne pas oublier la scie (racines), et prendre un seau...

neige

en action

le tas augmente

en attente purgeage

Posté par spelmarie à 21:04 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

dimanche 5 novembre 2017

Sous les pavés...la suite

Gounel, Annick et Stoche. Retour rapide à Valbonne. Gros zef alternatif aujourd'hui. On dégage beaucoup de blocs pour voir la suite, le courant d'air y est très net mais on est sous un empilement de blocs pas joli joli et dessous il y a aussi une clé de blocs, l'un d'entre eux se détache pendant qu'on bosse. Il se cale sur les autres... La suite a l'air pénétrable et ça descend de 3/4m. Il va falloir sécuriser ce passage mais on ne sait pas trop encore comment. Mais on va trouver.

blocs instables

forte aspiration

la suite est dessous

Posté par Stoche à 19:55 - - Commentaires [4] - Permalien [#]