Spéléo Corbières Minervois

lundi 6 juillet 2020

On a presque cru faire de la première… dans la vallée du Lauquet

Retour avec Stoche sur un trou perché en rive droite du Lauquet, sortie d’eau occasionnelle, tout près du contact… Connu pour s’arrêter sur un siphon qui intéressait Guigui. Stoche y était retourné avec Daniel M, c’était pas mal encombré, et ensuite Guillaume avait fait une séance d’agrandissement supplémentaire. Dimanche, on a aménagé un peu l’entrée, après avoir sorti un mètre cube de feuilles et cailloutis, puis agrandi un passage dans la suite du travail de Guigui, et enfin un petit trou au fond. J’ai réussi à m’y immiscer, et je suis partie à la recherche du siphon, pendant que Stoche agrandissait un petit orifice voisin, l’autre étant peu travaillable. Diaclase remontante, des concrétions, des traces de mises en charge fort hautes (voir derrière la tête de Stoche sur une photo), et au bout une petite cuvette de décantation, derrière laquelle Stoche a repéré l’endroit par lequel arrive l’eau, un fissure très maigre et plutôt longue. Si siphon il y a, ça ne peut être qu’au-delà, on avait du mal à y croire, et on se demandait si par hasard le trou avait été vu avec de l’eau en bas de la verticale… Finalement, Daniel confirme que lui et Henri ont bel et bien franchi la fissure (respect !!!), le siphon serait un peu plus loin, et avec une lucarne au-dessus à voir. Impossible d’imaginer amener des bouteilles dans le trou en l’état, donc si Guigui est toujours motivé, faut prévoir d’y bosser, et si possible sans attendre une prochaine crue qui risque de remanier les blocs dans la descente !

entrée bouchée

crâne de chevreuil

dernier ressaut à défolier

agrandissement

stalagmite

passage dans les concrétions

disque

niveau mise en charge

zone terminale

fissure terminale

petit boyau inférieur

Posté par spelmarie à 20:46 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :


vendredi 3 juillet 2020

Caune de Montori

Longtemps cherchée et enfin retrouvée, la Caune de Montori se trouve au-dessus de Montmija près de Coudons dans le bois bien nommée Bois de Lacaune. Le bois de la grotte donc. Elle a été décrite dans les années 30 par les anciens du SCA mais des inscriptions attestent qu'elle était connue depuis plus longtemps. Vu la taille de l'entrée, une des plus belles du département, ça se comprend aisément.
Comme Henri la connaissait, je l'avais contacté pour aller la voir. Nous y voilà jeudi, il fait un temps breton, brouillard et crachin toute la journée. Henri n'y est pas allé depuis plus de vingt ans, ça promet... mais une de ses connaissances locale y est allé récemment et a balisé le chemin.
On rencontre en chemin Mr Delmas qui se propose de nous y conduire ce que nous acceptons avec entrain. Bien nous en a pris car avant de trouver le balisage on aurait certainement cherché longtemps. Quand on sait y aller c'est facile, mais dans le brouillard et dans la forêt c'est plus la même chose.
L'entrée est superbe et donne accès à une large galerie descendante. On se change à l'abri ce qui est presque un luxe.
Malgré son altitude de 1030 m, il s'agit d'une ancienne source de type vauclusien ! Les formes pariétales en attestent (voir photos). Cette grotte date d'au moins 10 MA, une paille. Magnifique cavité d'un peu plus de 200 m de dév. pour un dénivelé de 45 m. On fait la topo de l'axe principal et de deux dérivations mais il en reste à faire. Il nous faudra revenir pour ça, faire de meilleures photos et ouvrir un petit passage au fond. L'occasion d'une belle sortie dans un cadre sauvage.

situLaCaune

Caune8m

Caune6m

Caune7m

Caune1m

Caune2m

Caune3m

Caune4m

Caune5m

Posté par Stoche à 17:28 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

mardi 30 juin 2020

Canyon lugar et escuain

Ce Mardi 30 Juin, nous partons à 9h00 d'arreau avec Florian et Boris pour faire le canyon de Lugar et Escuain dans le massif du Mont Perdu, à " la limite "  de la zone coeur du parc. Le canyon de lugar est sec, c'est un enchainement de rappel nous arrivons ensuite dans Escuain qui est plus aquatique et il y a  un peu d'eau. Nous finissons par le magique saut de " 10m " et ensuite nous remontons jusqu'au village d'Escuain qui est plutôt raide. Nous nous arreterons bien sur par Parzan pour boire la bière et mmanger un bocadillo sans oublier le café bailey.

 

Ps : je ne suis pas photographe

127149445_o127149483_o

 

Posté par adrien65 à 18:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Désob dans le gouffre Caroline

Ce lundi 29 Juin, nous retrouvons avec Damien à 10 h chez moi. Nous partons ensuite pour le gouffre de Caroline, nous faisons la marche d'approche sous la pluie. Quand nous arrivons, nous nous mettons directement à l'attaque, après 8 parlementations, de nombreux blocs ( dont certains très gros ) sont sortis. Le courant d'air aspirant est toujours présent et bien marqué. Nous voyons mieux la suite : sous nous une faille de 10 m de profondeur et une 15 de cm de moyenne de largeur, devant nous à l'horizontale ça à l'air une peu plus large et l'on sent bien que le courant d'air passe par là, et nous y voyons des goutelletttes. Nous avons progressé de 3 mètres pour une sortie 6 - 7h. Je n'ai pas plus de photos.

Gouffre Caroline

Posté par adrien65 à 18:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

lundi 29 juin 2020

Randonnée Karstique en Espagne

On décide samedi de partir en Espagne avec Damien, Félicie et Zian pour aller faire une randonnée ce dimanche. Cela fait un petit moment que j'avais envie d'aller voir un grand plateau calcaire en face de la falaise d'escalade de Rincon de Sin, au niveau de Tella. L'objectif étant d'aller jusqu'au sommet de Puntal de Bachacho et de redescendre sur le plateau.

Vue de la zone

Zone dans les nuages

 

 

 

 

 

Bien sur il existe un chemin de randonnée, mais celui contourne toute la zone que nous voulons aller voir. De ce fait on coupe à travers champs, ou plutôt à travers les gênets hérissés en pleine floraison (plante hérisson), en short, sinon c'est pas drôle... On atteint le sommet, on mange un peu et on attaque la descente vers le plateau en dérangeant quelques troupeaux d'isards dans cette zone sauvage.

Genets herisses

Vue du sommet

Vue depuis le sommet

Descente vers la zone

 

 

 

 

 

C'est un grand lapiaz (environ 2km de long pour 1km de large), constitué de dolines, de crevasses, de failles... Certaines creuvasses font plus de 15m de haut. On trouve quelques puits, mais on découvre également des marquages du type : A38 GES... Le A38 est une longue faille avec 6 entrées possibles. La zone a déjà était vue, mais elle très grande, ils n'ont surement pas tout découvert... On trouve quelques entrées sans marquages, mais très peu au final. En même temps nous n'avons pas couvert une grande zone, nous avons "simplement" traversé le plateau pour rentrer. Nous avons par contre découvert une jolie faille de 15m de profondeur pour 20m de long. Au fond nous voyons une suite, où les caillous tombent encore d'environ 10m. Quoi qu'il en soit cette zone semble quand même propice, nous y reviendrons surement un jour pour descendre certains gouffres, et surtout prospecter un peu plus. Il serait interressant de trouver les comptes rendus des explorations des prédécesseurs, mais en cherchant un peu je n'ai encore rien vu... 

Vue de la falaise

Vue du Lapiaz 1

Vue du Lapiaz 2

Zone type

 

 

 

 

 

Petite cavité bouchée

Faille A38

Entrée faille A38

Faille gouffre 15m a descendre

 

 

 

 

 

 

 

 

Bref, il y a du potentiel ! 

PS : Certaines photos sont prises avec un drone et les autres avec le téléphone 

Le zebre des montagne

Vue des montagnes aragonaises

Paysage Castillo Mayor

Posté par Mael Brenguer à 14:28 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


vendredi 26 juin 2020

Un chantier de plus en moins, aujourd'hui, la Condamine

On profite de la venue de José pour monter, Stoche, José et moi, déséquiper autant que faire se peut la célèbre Conda... Quelques soucis, des cailloux sont tombés de l'entrée, une partie arrêtée sur le premier petit palier, donc descente précautionneuse, mais finalement la corde n'a pas chargé, seule la ligne électrique a été sectionnée vers le fond... La topo est reprise depuis le haut, et on redécouvre les joies de ce trou ! Il y fait grand frais, air et moustiques au fond... Mais plus de stockage possible, à l'impossible nul n'est tenu, si ça fait un peu râler, ça ne nous fait pas changer d'avis. Amarrages de natures diverses, on n'avait pas de clé de 17, donc 1 plaquette abandonnée en bas, et 2 en haut, celles-là aisément récupérables. On a sorti plusieurs gamates, quelques outils... mais il reste les paliers, celui du bas particulièrement scabreux, les traverses le soutenant étant grave pourries. Et le mousqueton (bien fait, on aurait dû les remplacer tous par des maillons...) pas franchement sympathique à cet endroit, voir photo... On a laissé aussi (comment faire autrement ?) les tôles retenant du stockage vers le fond... Fin d'une drôle d'aventure, qui parfois a réuni un paquet de monde !

entrée

topo diverticule

mousqueton fiable

même agrandi on remplit bien

remontée gamate

remontée Stoche

Posté par spelmarie à 16:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Les Pyrénéens dans le Vercors

Kairn

P6210513

P6210518

salle Picasso

P6070467

P6210528

P6210534

P6210535

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avec Damien nous partons le 2 Juin dans le Vercors pour y suivre la formation de Cordiste. Nous sommes hébergés à La Chapelle En Vercors, dans la maison en rénovation de Pierre-Yves Belette (spéléo émérite local), que Damien avait rencontré l'année dernière. Nous profitons de cette formation pour  évidemment sortir sous terre. 

 

Dimanche 7 Juin

Nous partons pour faire la traversée Fleur Blanche - Mouch tiques dans le réseau des Chuats. Cela fait plusieurs jours qu'il pleut, nous arrivons le matin chez PYB (Pierre-Yves Belette) qui était allé chercher des viennoiseries et nous avait préparé un topo papier qu'il avait fait le matin même, en plus du topo officiel qu'il nous avait prêté. PYB vient avec nous jusqu'aux entrées, nous fait la navette, il ne nous suivra pas car il bosse sur le chantier de sa maison. Damien avait déjà fait Fleur Blanche l'année dernière et n'avait pas pu sortir par Mouch tiques car la sortie était obstruée. Il avait donc fait un bel aller-retour dans le réseau. Le dernier mot de PYB avant que nous rentrions dans le trou fut " faites gaffe les gars à la C25 de Fleur Blanche si il y a de l'eau ça peut-être la guerre ".

Nous rentrons dans la cavité et très vite nous attendons un bruit assourdissant de cascades, il y a un bel enchainement de puits équipés à double et à triple. Du coup nous arrivons à éviter l'eau au maximum, dans une ambiance canyon. Nous rentrons dans le méandre de l'os sur une centaine de mètres qui avait été agrandis depuis la dernière visite de Damien puis nous débouchons dans la galerie de Jonction, une vraie galerie de métro. Maintenant les galeries sont grandes et les salles aussi, celà ressemble à de la randonnée. Nous traversons les spéléonautes, il y un passage avec une grande vasque et un plafond très bas. Nous passons à l'aide d'un radeau en place, allongé dessus avec le sac à côté de nous, un par un. Ensuite, nous passons par la salle Picasso, la salle bronto, nous passons par l'escalade des canelures, nous rampons une centaine de mètres puis nous debouchons dans les spéléonautes 2 avec le passage crocodile ou il est facile d'y laisser une botte. Nous allons jusqu' à la salle Phrygane avec un très beau volume et un miroir de failles au plafond, ensuite nous remontons par l'escalier de service. Je passe devant et nous nous engageons dans des pentes remontantes pleines de boues jusqu'à arriver à un papier avec écrit fin topo 2014. Nous rebroussons chemin et retrouvons la bonne galerie et remontons sur les cordes déjà en place pour sortir par Mouch Tiques.

Une sortie de 5h avec une demi-heure de perdition de ma faute à la fin.

 

Dimanche 21 Juin

Nous arrivons à 5h du matin chez PYB, nous prenons le café et nous voilà partis avec Damien, PYB et un autre Adrien (élageur cordiste) pour les Chuats historiques jusqu'à la chapelle Sixtine. Nous arrivons sur la station de ski de fond du fond d'urle et allons jusqu'à une grosse dolline avec un petit puit. Nous le descendons et arrivons dans une grande salle pleine d'éboulis. On y voit un gros travail de désob avec des étais du grillages entre des blocs, nous y pénétrons et arrivons rapidement dans un immense puit et une grande salle. Nous continuons notre chemin jusqu'au bivouac, cela devait faire 30mn que nous progresssions et PYB nous explique qu'avant qu'il trouve l'entrèe de puit qu'ils avaient désobé et étayé là haut. Il leur fallait plus 7h pour arriver jusque là avec une heure de ramping. Nous continuons et arrivons jusqu'au lac qui fait 160m, heureusement il y a un canot en place ou nous rentrons deux par deux. Ensuite, il y les chuats perchés, une main courante de 800m en haut d'un grand méandre 40m de haut. Nous arrivons ensuite à la chapelle sixtine avec son grand volume, ses grandes fistileuses et ses massues. Nous allons juste dérrière voir un magnifique lac dans une salle dont j'ai oublié le nom. Nous buvons le café et remontons.

Une sortie de 6h sous terre.

Je n'ai pas encore les photos des sorties je les mettrai dès que je pourrai.

 

Posté par adrien65 à 12:04 - Commentaires [4] - Permalien [#]

dimanche 21 juin 2020

Fin des hostilités au Mikado

Un petit tour ce matin au Mikado, permettant de faire le dernier petit bout de topo qui manquait, et déséquiper le puits... Dommage, c'était bien joli, ça aurait pu continuer !!! Mais Stoche confirme qu'attaquer la fissure, non ventilée, c'est sans espoir. On a rencontré les éleveurs qui clôturent en ce moment dans le bois lui-même, mais qui vont déplacer tout ça dans pas longtemps vers la Condamine. On aura leurs coordonnées pour se tenir dorénavant au courant car par moment le passage peut être délicat, sachant qu'ils nous demandent d'éviter absolument de passer à l'intérieur de la zone clôturée.

topo

haut du puits

Posté par spelmarie à 15:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 14 juin 2020

Peyre Male

Après avoir posé le pluviomètre, retour du côté de Castanviels pour attaquer un TS qui se trouve dans le talus de la piste en-dessous de l'entrée de la Palette Bleue. Une topo de surface a montré qu'il est une quinzaine de mètres plus loin que le fond de la palette et 5/6m au-dessus. Il y a un peu d'air. Il y a deux trous qui doivent se rejoindre mais sous un gros bloc basculé qui serait à enlever pour pouvoir bosser plus facilement. Pour cela il faudra un engin de chantier car il doit faire qqs tonnes. Il correspond à toute la zone dégagée sur la photo.

ensemble talus

trou droite

trou gauche

Posté par Stoche à 22:56 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

14/06/2020_Un pluviomètre, cette fois sur le bassin occidental de l'Argent Double.

C'est une équipe bien rodée qui s'est retrouvée cette fois aux abords du hameau de Castanviels, sur une parcelle privée et surveillée. L'expérience des "poseurs", l'épaisseur et le sol de limon compact ont permis l'installation du mât en un temps record, en même pas une heure !

Le pluviomètre n°4 a été activé dès son raccordement et le thermomètre a été paramétré pour un enregistrement chaque heure entière à compter de 08:00 TU.

Avec le pluvio-thermomètre n°3 installé sur versant oriental du bassin, les relevés réguliers des cumuls quotidiens patiemment réalisés par Louis Fabre à Rieussec, les précipitations sur le bassin de l'Argent Double seront suivies et devraient fournir des paramètres capitaux pour l'étude du karst et de l'aquifère local. Il sera peut-être possible de collecter le même type d'information sur le secteur de Villeneuve Minervois où des installations similaires sont en place, les contacts sont pris.

Une matinée très agréable a facilité l'installation, le sol s'est prêté à la tension des haubans.

Posté par jeanclaudegayet à 14:59 - Commentaires [1] - Permalien [#]