Après un rapide passage au Poudac pour le relevé bi-mensuel, descente par Bielsa où le Cinca coule fort. Sur le sentier de Badain, le bruit sourd du torrent fait craindre une nouvelle crue. C'est confirmé à la station hydrométrique de la passerelle, le niveau d'eau dans l'Irués est à 0.60m (5.3 m3/s) ! Inutile d'aller à Graners, le Chorro est en furie, le niveau dans Graners est 5 m sous l'entrée. L'examen du limnigramme fait apparaître une hauteur le même jour à 03:00, une hauteur d'eau de 0.8 m soit plus de 11 m3/s (Graners a failli déborder)

La crue sous la passerelle de l'Irués, contrairement le río Garona de los Molinos était d'un calme olympien.

L'orage de grêle de la nuit souligne délicatement la ligne de crêtes du circo de Armeña

. Rapide aller-retour aux Fuentes Blancas pour décharger la CTD (en se mouillant les pieds !).

Après une courte nuit entouré par l'orage au bout de la piste de Barbaruens, c'est le départ vers Armeña sous le parapluie. Elle cesse au col, avec la pointe du jour. Au Llenero, le chargement des données de la station météo se déroule sans encombres, parfois englué dans les nappes de brouillard. La chronique du pluviomètre nous apprend qu'il était tombé plus de 35 mm de pluie la veille de la tentative de plongée du 18 août.

Concernant cette crue, il est tombé 59 mm le 3 (dont 35 mm en 1 heure), 18 mm le 4 et 12 mm dans la nuit du 4 au 5. Au total ces 90 mm de cumul sur 2 jours explique la réaction des résurgences et de l'Irués.

Le point positif est que les spéléos du camp de septembre n'auront pas de soucis d'approvisionnement en eau. Il n'y avait pas encore de champignons hier, mais pluie et nouvelle lune risquent de leur autoriser de belles cueillettes...