Une solide équipe de 11 personnes parmi laquelle s'étaient glissés de solides sherpas était à pied d'œuvre à la Dévotas, dès vendredi soir comme convenu.

Les nouvelles n'étaient pas fameuses... Annick, Guillaume et Arnaud en tête avaient fait une reconnaissance à la passerelle en début d'après-midi. La règle limnimétrique affichait 42 cm... Autant dire que Graners était ennoyée.

Le programme de plongée était transformé en une rando découverte des lieux pour que Guillaume puisse maîtriser tous les éléments lors de la plongée à reprogrammer.

Les Fuentes Blancas étaient bruyantes et bouillonnantes, mais le Chorro était observé dans une configuration inédite (pour nous). La bouche en falaise n'émettait plus alors que plusieurs griffons jaillissaient en périphérie de la vasque sous la cascade une bonne centaine de litres par seconde..

Rapidement et sans difficultés nous atteignions Graners pour descendre jusqu'à la voûte basse à l'entrée de la salle du 1er lac, entièrement inondée et où le niveau de l'eau baissait lentement.

Sur le retour Guillaume découvrait le Pot au Feu, le relevé de la station de la passerelle permettait de détecter la fin tardive de la fonte nivale le 17 juillet, et un régime de hautes eaux avec débordement successifs du Chorro depuis l'orage du 7 août. Autant dire que l'année, pour l'instant, n'est pas idéale pour progresser dans le réseau. Des dates ont été avancées pour une nouvelle tentative.

Sur le chemin du retour, l'équipe suivait à grands pas Arnaud en grade forme qui ne s'est pas laissé dépasser durant tout le trajet. Ses courtes jambes parvenaient à tenir le rythme de marche des adultes. Un grand encouragement pour ce petit homme bien vaillant !

La vasque bleu sous la cascade tarie du Chorro collectait plusieurs griffons, dont un sous pression, d'un débit équivalent à une centaine de litres par seconde.

La salle du lac1 ennoyée, il y avait au moins m m d'eau au-dessus de la sonde Graners-1.