Mercredi 3 août :

Traversée Vieux Lion/Chandelier :
Kinou, Maël, Gounel, Léa, Stoche, José et Pierre accompagnés par Laurent du SCA. C’est le grand jour d’une classique exceptionnelle et en plus guidés par Laurent le spécialiste du réseau. C’est parti pour 4 km de balade dans des paysages somptueux agrémentée de nombreux passages équipés : petites remontées, descentes, vires (nombreuses), c’est quelquefois un peu glissant mais on enchaîne bien et on marche souvent confortablement. Les galeries sont très variées et parfois même bien décorées surtout pour le PDS. Les explications de Laurent sur la karstologie et l’historique sont appréciées. On fait quelques mesures de CO2 et de température et quelques prises de vue. On ressort un peu plus de 6 h plus tard des rêves plein la tête et quand même un peu fatigués parce que c’est malgré tout sportif.
La Peyre : Marie, Dom et Bernard terminent le L ? sous une chaleur écrasante.

ressaut Chandelier

pierre trouée Chandelier

repas Chandelier

sortie 1 Chandelier

sortie Chandelier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jeudi 4 août :

La Peyre :
José et Bernard reviennent au L 19. Explo d’un surcreusement obstrué par des lames, vu sur un méandre au sol caillouteux. Après quelques pailles le passage s’ouvre puis se referme après quelques mètres sur des parois calcitées. A priori explo terminée.
Bouyches : Stoche, Cut, Dom continuent les travaux dans la matinée et avancent d’1,5 m. L’après-midi c’est au tour de Léa et de Maël de s’y coller. Ils rendent le chantier plus confortable puis s’avancent dans la fissure et aperçoivent  un agrandissement potentiel derrière des lames. A suivre…
Bouche Rouge :
Maël et Léa y vont le matin et agrandissent sur 1 m pour mieux y voir. Suite concrétionnée et remontante pas très engageante. Il faudrait désocker pour pouvoir travailler et/ou revoir la fissure du point bas. L’après-midi, Stoche, Cut vont faire la topo du fond et le revoit sans grande conviction, c’est toujours très maigre et sans beaucoup de perspectives. Au retour, dans les premières galeries on repère un départ en hauteur qui donne au sommet d’un petit ressaut qui semble vierge. Une bonne surprise ? On verra ça demain…

accès fond Bouyches

fond Bouyches

remplissages Bouyches

 

 

 

Vendredi 5 août :

Bouche Rouge : Dernière incursion du camp pour Gounel, Cut et Stoche. Le ressaut magique se transforme en citrouille, en fait ça retombe dans la galerie principale avant le ventre mou !! Damned ! Par acquis de conscience Gounel veut revoir le fond et nous l’accompagnons jusqu’au départ du boyau. Il revient peu enthousiaste et en plus avec mal au dos, c’est qu’il faut bien se contorsionner pour aller là-bas. On ressort en emportant les planches inutiles. Il faut quand même encore y croire un peu et essayer de motiver des troupes (6/7 personnes) pour tout déstocker pour pouvoir continuer la désob sur 2/3 m à deux ou trois personnes. Ensuite si la physionomie ne change pas on pourra dire qu’on abandonne.
Bouyches : Une première équipe le matin composée de Léa, Bernard, José, Maël et Dom poursuivent l’élargissement tant sur la droite que sur la gauche. Léa parvient à s’infiltrer jusqu’aux deux blocs qui bouchent la suite mais on voit bien que cela s’agrandit.
Une dernière équipe y revient l’après-midi. Il y a toujours José, Maël et Léa et Stoche et Cut. Poursuite du chantier et aboutissement. Maël passe l’étroiture et tombe dans une salle. Il agrandit le passage et Léa et Cut le rejoignent. Descente de 6 m dans un éboulis instable, arrêt sur bouchon de sable et argile, prochain chantier. Mais il y a de la place pour stocker…
Malgré tous nos efforts nous n’avons pas fait de grandes découvertes mais le camp s’achève sur cette note positive et sur l’espoir de passer dans d’autres cavités.