Ce week-end Aude et Sébastien ont participé au rassemblement spéleo organisé par le CDSC31 dans le petit village de Saleich. 

Déjà, on voudrait remercier les spéléos du 31 pour leur organisation: c'est rare de venir sous terre en touriste, sans porter des kits de cordes, etc. et de rentrer le soir mettre les pieds sous la table. Et en plus, on a bien mangé (et bien bu). On a essayé de tout faire mais c'était impossible vu le nombre de cavités équipées... 

Jour 1 (vendredi)

Donc on arrive comme des touristes, on pose la tente au stade de foot et on va s'inscrire pour samedi. Là on rencontre Germain (SMSP), on décide de partir ensemble à la traversée Raymonde-Mile. On mange, on discute un peu avec les gens, soirée sympa. Visite de la petite chapelle au dessus de Saleich aussi, c'est de là que part le chemin pour aller à la grotte de Lespugue. 

Jour 2 (samedi)

On se lève tôt (oui oui, tôt, vous avez bien lu) pour partir faire le gouffre Raymonde, c'est Germain qui nous amène. Premier grand puits pour Sébastien, il s'en sort super bien. On chemine tranquillement, je ne vais pas vous présenter le massif de la Coume... Bon, on a quand même réussi à s'égarer en faisant un tour sur nous mêmes, malgré le balisage. On sort à une heure plus ou moins décente pour manger; donc picnic au parking. Germain nous explique les désobs qu'il est en train de faire dans son petit village à 20 km de là. Bref une première sortie enrichissante. 

P7020921

P7020956

 

 

 

 

 

 

 

On rentre à Saleich, et on décide de s'inscrire pour la grotte de Lespugue (les inscriptions, c'est juste pour déclencher un secours si jamais on ne rentre pas, on va éviter). Une petite grotte qu'ils disaient. Retour à la chapelle, marche d'approche sympathique et ombragée, ça compte. Arrivée sur un grand porche, on discute un peu avec un groupe qui sort de là, l'état de leurs combis nous annonce la couleur. On tombe sur une cavité très différente de celle du matin, pleine de concrétions, avec de beaux volumes quand même... et tout sauf petite. On se baigne un peu dans des gours, alors que 3 jours avant elle était totalement sèche. 

P7021004

P7021033

P7021059

Arrivée au repas (très) en retard, on mange au comptoir comme des habitués. Dédicace à Fraisouille qui a retrouvé Sébastien, c'est lui qui lui avait appris à descendre des puits lors des JNSC à Bélesta il y a très longtemps. 

Jour 3 (dimanche)

Réveil difficile. On part pour le Pick Nick des vieux (encore une grotte soit disant facile), on est 4 groupes. On rentre en premier, le deuxième groupe prend peur de l'entrée assez étroite, les deux derniers groupes (avec des enfants) suivent. On fait notre visite, pause barre de céréales dans une jolie salle avec un lac (c'est là où on voit le fil d'ariane du siphon et de l'autre côté du siphon on accède à la grotte de Cassagnous). On continue, une cascade, une faille hyper sélective, et là ça devient bizarre. On aurait dû arriver sur une énorme salle, on la voit d'en haut... Mais on a faim, on décide de remonter. Pause barre de céréales devant le lac, on attend que les 2 groupes descendent, on remonte (en coinçant une corde, déjà que le fractio n'était pas facile, il fallait bien qu'on foire un truc de notre week-end), on ressort, picnic. 

P7031080

P7031093

P7031115

 

 

 

 

On hésite pas mal pour continuer sur Cassagnous. C'est pas la marche d'approche qui nous fait peur (100m de l'autre côté de la route) mais plutôt le fait de devoir remettre les combis mouillées... Pendant ce temps là, on se dit que c'est quand même bizarre que les 2 groupes ne ressortent pas. On se décide, effectivement à la fin on tombe sur le fil d'ariane. C'est petit mais joli.

P7031145

P7031154

P7031166

 

 

 

 

 

 

 

A notre retour au parking, un des orga arrive, s'inquiétant de ne pas voir revenir les 2 groupes avec les enfants, cela fait tout de même près de 7 à 8h qu'ils sont sous terre. On lui explique la situation, et il se dit qu'il va attendre un peu vu nos explications. Il nous demande, vu qu'on est équipé si l'on peut aller déséquiper les Cassagnous. Sébastien repart déséquiper la grotte pendant que j'attends les 2 groupes. Ils finissent par sortir, tout est bien qui finit bien. 

On repart de ce week-end crevés mais avec des étoiles dans les yeux, plus des conseils et des topos. On a hésité à faire Pène Blanque lundi mais ce n'est que partie remise. Et puis on se méfie un peu du "c'est facile, nan mais tu vois tu montes en haut mais pas trop et là y' a une chatière, mais tu descends pas dans le réseau 53 sinon t'es perdu"... On va étudier le truc avant, quoi.