De retour du Rassemblement Caussenard (voir CR sur le blog du SCA), je repars ce lundi à Mazouau retrouver José et Jean Esquerre.
Le GPT ne doit pas trop refroidir. Nous voilà à pied d'oeuvre devant une fissure rébarbative remplie de blocs. Le travail est très difficile car ça se verticalise et la place manque pour se bouger. Tant bien que mal on arrive à ouvrir un passage dans le fond. Deux mètres plus bas, après le passage du racle menton, on peut s'asseoir dans une lucarne et descendre dans une fissure plus large. Ca continue en-dessous mais vraiment étroit. Revenant vers le bas du puits, la fissure s'élargit, les parois sont sombres et humides, de grosses lames encombrent le passage. On parvient encore à descendre de 2m (7m depuis le début du passage) mais la suite n'est pas évidente. Il faudra revenir pour trouver le bon passage dans ces blocs et chercher l'air presque absent aujourd'hui. On doit être vers les -60 au fond mais c'est toujours pas gagné. Il faut y revenir assez vite pour être fixé sur les possibilités.

acrobaties

au-dessus du fond

bas P 10

José à la lame jaune

racle menton

 

 

 

 

 

 

 

 

Aujourd'hui José veut me montrer un autre trou qu'il a repéré sur le même massif. Repérage facile car il est au bord d'une piste. Il est déjà marqué B 16 mais comme il a une belle gueule ça vaut le coup d'y jeter un coup d'oeil. On s'habille sous la pluie puis j'équipe le puits dans les règles de l'art: doubles amarrages, main courante, Y, etc..., c'est presque parfait. En bas, belle salle spacieuse au sol plat. Jolis recoins avec concrétions, coulées lapiazées mais aucune suite évidente. Nous faisons des photos et levons la topo (40m pour -12m). La pluie a cessé lorsque nous ressortons. Encore un séjour instructif dans ce surprenant département.

bas puits entrée

équipement soigné

niche concrétionnée

recoin salle

sol fossilisé