... avec un planning mêlant efficacité et plaisirs de la vie.

Nous commençons dès le milieu de matinée (10h30), Dom et moi-même, avec comme objectif l'aménagement du cheminement juste après la descente aux étais. Une première parlementation dans le petit toboggan va fonctionner à merveille dans cette roche, et rendra la sortie plus aisée. Une deuxième dans l'étroiture suivante, et nous voilà prêts à continuer les travaux entamés par Marie et Grillou. Nous déposons les kits dans la salle du fond, une belle suite se profile. Je m'engage en premier, mets de côté la lame posée là en plein mileu, et descends dans la faille. Une petite salle en cloche, 2m de diamètre pour 1m50 de haut,  se trouve sur la gauche. des traces de ruissellement au fond, mais la vapeur commence à nous entourer, pas d'air. Nous inspectons minutieusement, mais ça se confirme, la suite n'est pas par là. On fait demi-tour, et en enjambant le gros bloc, on prend le courant d'air en pleine figure, ça aspire fort! Dom va chercher l'encens, et la fumée s'engouffre bien dans le diverticule juste à droite. Bien, c'est là qu'on va attaquer, mais après la pause repas. Il est 11h45, Coco Stoche et Gounel doivent nous attendre à la surface.

L'odeur de grillade nous chatouille les narines dans la dernière remontée. Coco a bien fait les choses, tout est là pour transformer une pause grignotage en repas champêtre, instant magique par une température printanière.

Coco, Maître-Grilladin Dominique, dopé par on ne sait trop quelle substance, souhaite retourner au fond (il m'avait annoncé en roulant vers Castanviels qu'il se sentait fatigué et qu'il ne ferait que la sortie du matin). Je vais l'accompagner tandis que Stoche et Gounel nous rejoindront en poursuivant la topo arrêtée en bas des étais.

Alors que nous sommes en train de déblayer le résultat de la parlementation, les topographes, arrivés dans l'espace avant l'escalade au-dessus de nous, nous demandent de replier le matos et de les rejoindre: un bloc a bougé et rend l'éboulis trop instable, ça craint!

Contrariés, nous rechignons à les écouter, et tentons de négocier. Mais c'est sans appel, et la raison finit par se faire entendre. Et c'est heureux! Les blocs sont en équilibre trop précaires, il faut agir. Deux parlementations vont tenter d'assainir ce passage devenu bien trop exposé, puis sur le conseil avisé de Stoche, nous en resterons là. Il faut laisser faire les choses, que la trémie retrouve un semblant de stabilité, puis nous reviendrons avec d'autres étais pour l'y aider.

Super journée, riche en émotions et merci encore à Coco.