Forts intrigués par ce que nous a raconté Marie de sa dernière sortie à Valbonne en compagnie d'Alain Li, Dom et moi décidons d'aller y voir de plus près.

Nous nous retrouvons donc vers 15h dans le ruisseau de Valbonne, avec 2 kits. Marie a bien tenté de nous décrire ce qu'elle a vu, mais il semble qu'un gros aménagement soit nécessaire pour continuer. Donc matos de désob, perfo, etc...

Arrivés à l'endroit de nos derniers efforts pour consolider les amas de blocs qui ne demandent qu'à descendre pour nous empêcher d'aller plus loin, nous constatons que les collègues ont vraiment bien bossé. Mais en y regardant de plus près, nous comprenons mieux maintenant pourquoi nos échanges avec Marie n'étaient vraiment pas clairs. Le laminoir que nous lui décrivions est complètement obstrué par des blocs, certainement venus d'en haut. Remercions les crues d'octobre, il ne fallait vraiment pas passer par là!

Dom va faire un tour dans la petit descente où est allé Marie, puis il remonte pour me dire qu'il faut dégommer le gros bloc sur lequel il est passé avant de descendre, le passage est vraiment chiant. Nous inversons les positions, et pendant qu'il s'acharne sur ledit bloc, je m'engage un peu pour voir où on pourra le caser une fois qu'on l'aura déloger. J'arrive dans le petit espace qui fait suite au petit tobogan. Et là, en me retournant, je la vois, la suite. C'est étroit mais je suis tellement convaincu que je manque de m'y coincer. Je fais marche arrière, enlève l'appareil photo, mais rien à faire, ça ne passe pas. J'appelle Dom, tout excité, lui dit de laisser tomber le bloc (euh, c'est une image) et de m'apporter la massette. J'arrive à virer deux trois esquilles, retente, et cette fois ça passe.

Je me trouve alors dans un conduit, et perpendiculairement, à ma gauche, ça descend, passable. Dom me rejoint, l'excitation le gagne. Oui ça passe, mais un énorme bloc se trouve en plein millieu. Dom s'engage,hésite, tatonne le bloc qui se met à osciller. Mince!

J'essaie à mon tour, je le pousse plus fort. Il bascule mais pas complètement dans le vide, et se coince. Vue la masse, il est bien en place et nous laisse passer. Je descends dessous, l'espace s'agrandit beaucoup, un coup d'oeil rapide et je vois que ça continue vers le bas dans de bonnes proportions, et décallé par rapport à la vertivale du bloc. Avec la barre à mine, je le déloge et il chute lourdement, mais sans nous gêner. Dom me rejoins et je lui montre: "regarde, c'est là!"

On désescalade 2/3 m, puis on se trouve devant un ressaut de 3m que s'empresse de descendre Dom, qui constatera à la remontée qu'heureusement qu'il est grand, c'est de l'escalade! Je le rejoins par un passage de côté, moins exposé, et on prend pied dans une salle au fond à peu près plat, de  6m de long, 4m de large, pour 3m de haut. Un beau volume quand on connait Valbonne. Des diverticules remontant de 4 à 5 m, dans des blocs. Puis au fond, entre deux blocs, de la noirude. Un test à l'encens nous confirme que l'air aspirant du trou s'engoufre par là en entier. Nous sommes comblés!

C'est finalement en remontant qu'on va déloger le bloc qui qui gênait vraiment après la descente aux étais.

Superbe sortie, après bien des efforts founis dans ce trou, les espoirs sont permis.

La salleLa salle, avec Dom qui contemple la suiteLe test à lencens

 

 

 

 

Dom en bas de la désescalade

Depuis la suite à désober