Samedi 19 janvier : Grotte de Jauzion

On part avec Gaby, Damien et Nil, son petit frère, revoir le fond de cette grotte. C’est une première pour lui et ça n’a pas l’air de lui déplaire. On commence par aller voir le fond de la salle, et effectivement celle-ci jonctionne avec la surface, mais seulement pour les blaireaux. On va ensuite voir le boyau. Celui-ci débouche sur un ressaut de 5m que nous équipons pour descendre. Hélas on tombe dans une petite pièce complètement bouchée par la terre. Ici aussi il y a des marques de Jauzion. Pas de suite, il reste à faire la topo.

 

départ

Nil et dams

salle 1

salle 2

le fond du fond

Perte du Seignadé

En redescendant, on avait les combis bien sèches, encore propres, mais on décide d’aller voir cette perte. Dans la matinée José est venu et son travail a été efficace. La partie de droite n’est pas gagnée, Il vaut venir enlever un peu de sable. On est parti dans la partie de gauche. Nous avons dépassés l’endroit de la dernière fois. Mais c’est dans de la boue que nous avons fait une trentaine de mètres de première… Ce n’est pas vraiment étroit, il y a de la hauteur par endroit. On s’arrête devant un passage dans le sable trop étroit, mais avec une vue sur la suite. Le passage n’est pas trop compliqué à travailler, mais disons le, on est bien recouvert de boue. On fait demi-tour avec quelques kilos en plus…

 

Nil dans létroit boue

la boue

bistoukette au fond

Mercredi 23 janvier : Grotte du Sidonie

C’est par un temps pluvieux qu’avec Damien on décide de partir au Sidonie, ça fait un petit bout de temps. Mauvais temps pour aller dans la perte du Seignadé. Sur tout le piedmont les résurgences coulent à flot. Engagement le plus total pour aller à la ferme des Anglais, on s’arrête finalement au milieu du champ, dans la neige. La montée à pied est également bien glissante. On arrive dans le trou et même dans celui la il y a de l’eau. Un tout petit filet d’eau qui aura suffit à nous tremper entièrement, sous combi y compris. On a réussi à avancer sur un mètre, il reste une voute à franchir avant d’arriver au dessus de ce qui semble être un puits, pas bien large. Aujourd’hui, en bas il y a une petite vasque, bien remplie. On n’a pas fini avec lui, mais ce n’est pas facile. Il faut revenir par temps sec, et revoir l’autre entrée, Aglaé. On ressort avec la neige, trempe, mais ça fait plaisir de la voir enfin tomber par ici.

arret voiture

puits d'entrée

au travail

au fond

sortie sous la neige