Comme convenu hier lors de notre atelier TP, Dom arrive à la maison dès 14h00.

Arrivés sur le parking, le déshabillage est rendu difficile par un vent terrible, rendant la température ressentie glaciale, faut dire qu'il fait déjà 0°C. Heureusement, la descente vers le trou est bien plus agréable, bien à l'abri sur le sentier toujours aussi sympa.

Une belle surprise nous attend dès l'abord du trou. SToche nous en avait parlé, il était venu faire un tour après les inondations d'octobre, mais nous sommes ébahis de voir que plus aucune trace ne subsiste de nos différents stockages, le ruisseau a retrouvé son apparence d'avant nos travaux.

Un fois à l'intérieur, plus de moustiques! En revanche, plein de métas, beurk... les parois sont plus saines: la poussière qu'on soulevait lors de nos passages et qui nous faisait parfois suffoquer a elle aussi disparu. L'eau a fait du bon boulot pour une fois, et de façon fort sympatique, a décidé de ne même pas stagner. Le courant d'air est perceptible, ça aspire, et pourtant pas de sensation de froid. On se sentirait presque à l'aise, tellement le trou est sec. Au fond, l'étayage a rempli son office: il y a quand même eu descente de déblais, mais rien d'incontournable.

Le lavage de l'entréeLe laminoirDom en train d'examiner le fond

L'affluent contre le laminoir

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le bilan de la sortie est positif.

La prochaine devra se faire à trois, un peu de manutention/désob sera nécessaire mais on va enfin pouvoir réattaquer la voute qui mènera, nous l'espérons, vers...

La suite, si si