Mardi 6 novembre : Guerre Karstique au Mille Feuilles

Après être allé à la grotte murée de la Nationale, on récupère le matos pour une sortie au Mille Feuilles le lendemain.

On se retrouve avec Adrien chez Damien à 8h40, près à en découdre. On se prépare et on marche tranquillement. On entre dans la grotte à 10h30. Damien et Adrien partent directement au méandre terminal. Je les laisse et part récupérer le kit qu’on avait laissé à la présumée jonction par une escalade dans le P40. Je les retrouve et je suis accueilli par 2 tirs. Les copains remontent et on mange un bout.

On descend par la séance Egyptienne. Une fois arrivé sur le chantier je pose 2 pailles, mais pas dans la meilleure position pour moi. La première est très puissante, ça résonne un max. Le tir à fait partir la ligne reliée à l’autre paille… On y va pour rebrancher mais rien… Au tour d’Adrien dans mettre 2, parfaitement exécuté pour sa première fois. Damien y retourne et en fait partir 2 autres. Entre temps, je retrouve l’Aphaenops de la dernière fois, cette fois j’ai le kit pour le prélever, j’en aperçois un autre que je place en lieu sur. On remonte avec Adrien préparer un petit thé. Une autre paille se fait ressentir : « Damien ?!! …. Silence … ». Il avait reconnecté la paille qui avait foirée et l’avait faite partir sans nous le dire, même pas un petit « tu as le temps… ». Il remonte pour un goûté bien mérité !

C’est à mon tour. C’est le bordel. Des blocs énormes se sont mis dans le méandre (c’est le résultat de 3 tirs à la suite…). Une petite paille dans l’un et une grande dans le mur. Les deux partent mais on a plus de batteries sur le perfo pour finir les doublettes avec Adrien … Néanmoins on a bien progressé, environ 4m. Lors des derniers tirs on ne sentait même plus l’odeur, celle-ci ne revenait plus à nous par le courant d’air habituel. A ce niveau on peut voir que le méandre forme un S assez étroit et un petit trou est visible en face de nous, un peu plus haut. On lance des cailloux dedans, ils tombent d’environ 3-4 m, dans de l’eau… Au début on se dit mince, peut être un siphon (en souvenir de la veille). Puis, j’arrive à tendre le bras et prendre des photos. Sans échelle de taille c’est difficile à mesurer… Mais on voit clairement que ce n’est pas un siphon. En face se trouve une coulée, venant d’un autre endroit que ce méandre. Au fond on aperçoit un petit trou. On devine sur la droite l’entrée de notre méandre. Ça n’a pas l’air si grand que ça, pourtant ça résonne tellement… En jetant des pierres, on entend à deux reprises avec Damien un bruit que l’on pourrait assimiler à un souffle… Est-ce le son émit par une concrétion qui résonne, s’amplifie et finie par s’étouffer ? Difficile de trouver un sens rationnel… On décide de partir, les pensées chamboulées…

On a atteint nos objectifs. On voit une suite qui semble déjà un peu différente de ce méandre étroit… Plus que quelques pailles bien placées pour nous permettre de voir concrètement la suite. Une lueur d’espoir sommeille en nous à l’heure actuelle. Nous sommes au moins à – 110m ici, et ça continu de descendre un peu. Les blocs enkarstrés dans le méandre nous font office de banquette, le ruisseau est 3m en dessous.

On sort, il fait nuit, il est déjà 20h45.

TPST : 10h15

Adri Desob

Adri en progression

Aphaenops

carrefour jonction méandre

Gounel Express