José s'en doutait et nous avait présenté des clichés impressionnants, c'est confirmé avec quasiment 10 m d'eau au-dessus de la sonde dans le gouffre du Poudac.

Nous arrivions au bout de la capacité de mémoire des sondes hier après-midi. Juste revenu de vacances, et sans Stoche occupé à bartasser le sentier karstique à Belvis, j'ai effectué un rapide aller-retour sur les Arizes.

La crue des rivières était importante, de l'Ariège, Garonne, au Nistos et à Larise de Plan de Pouts. Par conséquence, impossible de relever la CTD du Trop-plein. Au Gouffre, des bruits de succion, de chasse d'eau montaient des profondeurs du plan d'eau. Il faut impérativement modifier l'installation dans la cavité pour pouvoir accéder à la sonde de l'extérieur. Cette année, c'est le 3ème RDV manqué pour ce point d'observation.

Le pluviomètre Chiquet a relevé le cumul record de 240 mm de pluie (240 l/m2 !) depuis le 12 mai.

La Larise a débordé à plusieurs endroits, couchant l'herbe particulièrement haute cette année. La station BRGM a été un ilot au milieu de la rivière en fureur, les flots boueux passaient dans le champ.

Gérard Rumeau qualifiait cette crue de forte, sans être pour autant exceptionnelle. Sur la piste au-dessus du Poudac, il a repéré un petit trou dans une roche « comme les grottes » qui souffle et où on entend de l’eau couler en profondeur.

Dans la vallée de l'Arize, le Bourridé avalait encore hier ses 40 à 50 l d'eau à la seconde. J'ai tourné une petite vidéo, je vous communiquerai le lien après l'avoir montée vite fait. On a certainement raté l’occasion rêvée pour refaire le traçage Bourridé/Poudac…

Chez les Campan, le collecteur du pluviomètre Grabiou était plein d'eau à ras bord... L'orifice était bouché par une sorte de boue que j'identifie comme du pollen... La ligne électrique passant juste au-dessus participe-t-elle à la concentration de ces particules ? Quoiqu'il en soit, pas de relevé pluviométrique fiable pour cette fois.

Toujours le même agréable accueil et le petit café chez les Campan, et en descendant, dans la boucle serrée, je suis tombé sur 2 spéléos qui voulaient en découdre (Jean et José), mais vu l’heure (16:00), ils n’ont pas dû en tomber lourd…

Les derniers épisodes avec intermittences, en mai-juin 2018