Contacté par un grimpeur cerdan, je pars ce mercredi pour la haute vallée de l'Aude. Le décor: des falaises au-dessus de l'Aude dans la haute vallée. Il a neigé mais en face sud ça fond vite. Après un parcours en sous-bois, on emprunte des pentes lapiazées à la végétation méditerranéenne; au loin, le Madres, le Roc Blanc; plus près le rebord qui s'approche, plus de végétation, on est en haut des falaises. Sans se pencher on voit le fond de la vallée 500 m plus bas. On descend encore plusieurs mètres en s'accrochant à la maigre végétation puis une corde s'annonce, simple amarrage sur un maigre tronc, les puristes de l'équipement n'apprécieront pas. Un deuxième amarrage du même style permet une descente plus verticale et nous dépose sur le rebord du porche bien caché par la végétation. Ce porche a de la gueule, il est placé sur le tracé d'une voie d'escalade qui vient du bas et sort au-dessus. Vu sa situation pas grand monde n'a du y venir, et pourtant... la suite va nous prouver que non. Les photos que Dominique Gleizes (le découvreur) m'avait envoyé m'avaient intrigué car l'une d'elles montrait une sorte de tranchée dans la glaise. On commence par une rapide incursion qui confirme l'intérêt de la grotte et une activité humaine ancienne dans la cavité. Celle-ci a servi de carrière de glaise, de gros volumes ont été extraits, d'autres sont stockés sur place. Les traces d'outils et les empreintes sont nombreuses. C'est ancien car scellé par de gros massifs de concrétions. Nous revenons dans le porche et un examen plus poussé nous fait trouver des morceaux de poteries, des ossememnts, un clou ! et des encoches de poutre dans le plafond. Voilà une cavité qui présente un intérêt historique et archéologique de premier plan, une belle trouvaille bien protégée par son inventeur.
On repart ensuite poursuivre l'exploration, une petite escalade nous livre deux bouts de méandre rapidement bouchés (30 m de plus). On lève la topo (120 m pour + 23 m) et on laisse les lieux à leur quiétude (ainsi qu'une dizaine de chauves-souris) après cette belle journée riche en découvertes.
Cette découverte va être signalée à la DRAC et on sera certainement amené à y revenir, d'autant plus que Dominique a aussi exploré une autre cavité, plus bas dans la paroi, une faille avec courant d'air et qui a l'air de continuer. Petit problème: l'accès. Elle est située aux deux-tiers d'une paroi de 150 m de haut, les grimpeurs du club vont pouvoir se faire plaisir.

accès

ca va ou

clou

empreintes en clou

encoche

ensemble extraction

entrée

poteries

traces de pic

traces d'extraction

stockage argile