Hébergement dans un gîte communal sympa à Montsérié... Je mets de côté les bons repas (merci José et Kinou) et les rigolades autour, les crampes aux zygomatiques en témoignent. Côté spéléo, samedi objectif les Carabes Dorés (mais pas adorés) : ceux qui ne connaissaient pas ont compris pourquoi un -50 fatiguait autant... Une équipe à l'équipement et agrandissement des suites (Gounel, Jean, José, Dominique), et derrière les filles (Katy et moi) à l'agrandissement essentiellement de l'étroiture dite "du Nutella" (voir photos, trouverez-vous le marteau caché dans la 2ème ?). Puis nous sommes rejoints par Stoche et Kinou, qui descendent en topotant. Le puits entrevu précédemment par Guigui est descendu (P7, dit de l'Urine ou quelque chose comme ça, si, si). Au bas du puits, parlementation pour tenter de voir un départ en méandre.

ETROITURE_CARABES  chantier_facile  chantier_vraiment_tr_s_facile  APPLICATION  SERIEUX  salamandre  pause

Le dimanche, équipe amenuisée, Guston (venu se promener en dorlotant son épaule) repart avec Domi, tandis que Kinou informatise la famille Ferris. Objectif pour 3 d'entre nous : revoir le fond des Carabes, puis sortir les cordes immondes qu'il faut nettoyer. Les 2 autres pensant ouvrir le trou un peu plus haut dans la forêt. Malheureusement, de joyeux drilles orange fluo occupent les lieux, ambiance guerrière peu propice à notre passage. On se rabat vers un trou indiqué par Jean sous une piste, où il nous rejoindra. Petit départ en méandre au fond d'une niche concrétionnée terreuse, pas engageant, jusqu'au moment où Gounel, s'appuyant sur le sol pour sortir, a le bras qui traverse la terre. Les outils sont aux Carabes, on gratte avec la raclette à vitres, on coupe les racines aux ciseaux. Résultat, descente sur une dizaine de mètres d'un méandre sympa, concrétionné, arrêt sur étroiture dans la calcite (une première parlementation, faut y revenir). Entretemps, Jean se fait indiquer un gouffre tout proche par un chasseur, Gounel y descend assuré comme on peut (voir la qualité de l'assurance sur la photo) ; il remonte moitié étouffé par nos tractions sur la corde : charnier immonde, un bout de méandre, c'est bouché vers -15. On rode autour, on trouve un premier petit trou, puis une fissure à partir de laquelle part un talweg, une première parlementation permet de voir un conduit étroit qui descend en tournicotant, à revoir. Et un peu plus loin, un petit trou à ouvrir sous des racines, petit ressaut visible. Bref, on ne s'ennuie jamais dans les Hautes-Pyrénées !

GOUNEL_A_LE_BRAS_LONG  FOND_TROU_DU_BRAS_LONG  TROU_DU_CHARNIER  SOURCE_TEMPORAIRE_AVANT